Comment prévenir la perte d’autonomie ?

Il n’y a pas d’âge pour prévenir la perte d’autonomie. Les actions de prévention doivent même commencer, quand on est en pleine possession de ses moyens. En développant à l’âge adulte ses capacités physiques et mentales intrinsèques et en prenant soin de sa santé par un suivi médical régulier, chacun peut se donner plus de chances de vieillir en bonne santé. Vieillir en bonne santé, c’est continuer à être ce que nous avons et à faire ce qui est important pour chacun d’entre nous le plus longtemps possible.

Activité physique et environnement de la personne âgée

Pour le sujet âgé, l’objectif est d’entretenir ses capacités pour limiter la perte d’autonomie, par exemple en pratiquant une activité physique adaptée et régulière.L’activité physique contribue à un ralentissement des pertes de capacité et participe à un renforcement du lien social. La prévention de la perte d’autonomie passe aussi par une adaptation de l’environnement de la personne. Le logement, notamment, peut faire l’objet d’aménagements ou d’équipements spécifiques pour faciliter les actes de la vie quotidienne et limiter les risques de chute (salle de bains, toilettes). Des services d’aide proposés par les structures sociales permettent également de prolonger le maintien à domicile.

L’EHPAD lieu de prévention de la perte d’autonomie

L’une des missions premières de l’EHPAD est la prévention de la perte d’autonomie. Elle propose à ses résidents de des activités ciblées: ateliers d’activité physique adaptés pour travailler sur la motricité, ateliers mémoire ou réminiscence pour maintenir l’autonomie cognitive et les repères spatio-temporels, ateliers d’ergothérapie ou d’art-thérapie pour entretenir la capacité à réaliser des gestes simples, ateliers jardinage ou vie quotidienne…